Les Franciliens prêts à rouler au gaz

Le Syndicat intercommunal pour le gaz et l'électricité en Ile-de-France (Sigeif) et GRDF ont fait réaliser une étude par l'Ifop qui montre que le gaz naturel véhicule (GNV) a un réel avenir devant lui.

Il n’y a pas que l’électricité qui incarne une solide alternative au pétrole pour le fonctionnement des voitures. En plein Mondial de l’automobile, c’est le message que veut faire passer le Syndicat intercommunal pour le gaz et l’électricité en Ile-de-France (Sigeif), via une étude réalisée par l’Ifop sur la perception du gaz naturel véhicule (GNV). Réalisée également pour le compte de GRDF, l’entreprise filiale d’Engie en charge du réseau de distribution de gaz, cette étude rappelle en préambule que 18 millions de véhicules circulant actuellement dans le monde attestent de l’efficacité de la mobilité gaz.

Avant de se plonger au cœur du dossier, le sondage conduit par l’Ifop auprès des Franciliens témoigne d’une indéniable prise de conscience environnementale: primo, les transports routiers sont ciblés comme l’une principales causes de pollution de l’air (avec 76% des réponses) d’où, secundo, la nécessité de s’appuyer sur un réseau de transports publics propres (scénario validé à 65%) et, tertio, un nombre de suffrages important (48%) en faveur du développement d’une offre de véhicules fonctionnant avec des carburants alternatifs type gaz naturel ou biogaz.

Manque patent d‘infrastructures de recharge

S’agissant des questions plus spécifiquement dédiées au GNV, les réponses sont très encourageantes au regard du Sigeif: ainsi pour les véhicules lourds (véhicules de livraison, autobus, utilitaires, bennes à ordures…), 95% des personnes interrogées sont très favorables au développement de véhicules fonctionnant au gaz et biogaz à Paris et en région parisienne. Parallèlement, 80% des personnes interrogées se disent intéressées par l’acquisition d’une voiture hybride ou fonctionnant au GNV, à condition toutefois que le maillage des stations-services soit suffisamment dense.

À cet égard, parmi les freins régulièrement cités à l’essor du GNV, il y a le manque patent des infrastructures de recharge. Précisément, le Sigeif a décidé de s’emparer du dossier: fin novembre à Bonneuil-sur-Marne, le Syndicat et ses partenaires – dont GRDF – inaugureront la plus grande station publique de ravitaillement en GNV et bio GNV: quatre pistes seront implantées sur une surface de 4000 m2. «Ce développement n’est pas une initiative isolée, souligne Jean-Jacques Guillet, le président du Sigeif. Nous allons continuer à organiser des appels d’offres, avec l’objectif de s’appuyer sur un véritable réseau des stations GNV et bio GNV au cours des prochaines années.» Le cap des dix stations est ainsi assigné, ce qui constituerait une bonne base de travail pour les défenseurs de la filière du gaz naturel véhicule.

Source de l’article Le figaro.fr l Auteur Frédéric De Monicault l Le 11 Octobre 2016

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux