étude de marché du biométhane

CP – Le biométhane, un secteur en pleine expansion, mais pas encore mature.

A fin juin 2017, la France comptait 35 unités de production de biométhane représentant une capacité d’injection d’environ 500 GWh, soit une augmentation de 9 installations depuis le début d’année...

A fin juin 2017, la France comptait 35 unités de production de biométhane représentant une capacité d’injection d’environ 500 GWh, soit une augmentation de 9 installations depuis le début d’année, autant que l’année 2016 dans son intégralité. Des chiffres qui montrent le décollage de la filière, avec de fortes disparités entre les différents types de projets et les différentes technologies utilisées.

Difficile à ce stade de parler d’industrie mature car si la montée en puissance du secteur montre que la technique est relativement maîtrisée, les acteurs de la filière sont encore fragiles.
Les développeurs commencent seulement à industrialiser le processus d’obtention des autorisations mais ils détiennent encore un portefeuille limité à quelques projets en développement.

Les banques échaudées par quelques déconvenues sur la méthanisation électrique restent prudentes et sont encore dans l’attente de résultats plus solides.
Les constructeurs de process industriel n’ont pas suffisamment d’installations en France pour mettre en place des services de maintenance capables d’offrir des prestations de qualité en terme de rapidité d’intervention en ou d’apporter de réelles garanties.

Enfin, il n’existe pas de retour sur l’exploitation des unités d’injection qui permet de penser que les coûts sont maîtrisés sur le long terme alors même que ces coûts sont structurellement amenés à diminuer.

Parmi les centrales en service, on dénombre 22 projets d’agriculteurs autonomes ou en groupement, 10 unités issus d’installation de valorisation des déchets (Décharges de déchets ménagers, ISDND, Stations d’épuration des eaux usées – STEP) en liens très étroits avec les collectivités territoriales, et seulement 3 centrales à dominantes territoriales, industrielles ou agro-industrielles.

1

Seules les installations purement agricoles, dont la première fut mise en service en 2013, peuvent aujourd’hui commencer à prétendre à un retour d’expérience significatif en terme de durée et de volume de projet. Il n’en est pas de même pour les autres catégories : les STEP ont connu une forte accélération depuis l’année dernière en raison de leur facilité à équiper, les premières centrales territoriales industrielles ont été installées l’année dernière et sont en partie encore en phase de montée en puissance.

Par ailleurs, les différentes technologies de production de biométhane n’ont pas été toutes testées. A titre d’exemple, la technologie en « voie sèche » devrait être utilisée de manière massive pour la méthanisation dans la plupart des zones de plaines céréalières. Or les premières centrales d’injection utilisant cette technologie sont actuellement en construction.

Cette diversité des projets en fait un secteur de prédilection en matière d’innovation, à la fois de terme de process ou de technologie, qui permettra à terme de réduire le coût de production du gaz.

Par ailleurs, la localisation des installations sur l’ensemble du territoire métropolitain en fait l’un des axes majeurs d’économie circulaire et de développement territorial.

Dans ce contexte, il s’agit de donner au secteur la stabilité nécessaire pour permettre à la filière un retour d’expérience sur tous ses sous-segments, dont la contribution de chacun est indispensable à la réalisation de l’objectif national fixé à 10% de la consommation de gaz à partir de biométhane soit une production annuelle de 30TWh. La pierre angulaire du système reste le tarif d’obligation d’achat qui offre une réelle visibilité sur les revenus.

Pour accélérer le financement des projets et conforter la dynamique de la filière biométhane, il faut prolonger le contrat d’achat de 15 à 20 ans. En effet, le biométhane est la seule énergie renouvelable à garder un contrat d’achat de 15ans, contrairement à l’électricité solaire, à l’électricité éolienne dans le contrat de rachat 2017 et même celle produite à partir de biogaz. En 2018, selon les projections de la commission de régulation de l’énergie, le soutien à la filière biométhane sera de 100 millions d’euros à comparer aux 5,4 milliards d’euros de soutien à l’électricité verte.

A propos de
Le Think Tank France Biométhane

Le 1er think tank dédié au biométhane, France Biométhane, ainsi que le premier observatoire indépendant dédié au biométhane, ont été lancés le 06 avril 2016. Il regroupe plus d’une centaine de membres : des universitaires, des industriels, des

2

banquiers, des cabinets de conseils, de grands groupes du secteur de l’Energie et des agriculteurs.

Le think tank France Biométhane vise à faire prendre conscience des enjeux liés au biométhane en apportant des éléments de décryptage pour rendre accessible aux pouvoirs publics, aux médias et au grand public les problématiques sociétales liées au biométhane, en présentant les nouvelles applications du biométhane, notamment dans la mobilité, en mettant en exergue les enjeux économiques liés au biométhane que sont la création d’une filière d’excellence créatrice d’emplois et de savoir-faire, le soutien à la filière agricole pour lui permettre de trouver un nouvel équilibre financier.

L’observatoire indépendant diffusé par le think tank France Biométhane permet de suivre lemarchéetlesperspectivesdubiométhaneenFranceetenEurope. Ils’adressetantau grand public qu’aux populations d’experts. Outil faisant partie intégrante de la démarche du think tank, il a pour vocation de faire la promotion du biométhane dans un contexte de développement d’une filière d’excellence génératrice d’emplois. Sia Partners cabinet de conseil indépendant propose ainsi des données brutes sur l’état de la filière, des indicateurs calculés permettant des comparaisons simples avec des mécanismes ou usages connus ainsi que des éléments de tendance. Des focus technologiques et réglementaires pourront être traités ainsi que des comparaisons pays. Au lancement de l’observatoire, il a été proposé près d’une quinzaine d’indicateurs enrichis quasi en temps réel. L’ensemble est disponible et accessible gratuitement sur le site internet France Biométhane et le blog énergie de Sia Partners.

Cédric de St Jouan

Fondateur et Président de Vol-V, son expertise concerne les financements corporate de projets. Engagé au service des énergies renouvelables depuis plus de 20 ans, il fonde le groupe Vol-V et leur filiale solaire et biomasse. Le groupe, implanté dans plusieurs grandes villes en France, se positionne comme un producteur indépendant d’électricité et de gaz renouvelable qui développe, finance, construit et exploite des centrales éoliennes, des centrales solaires photovoltaïques et des usines de biométhane.

Sia Partners (http://www.sia-partners.com/) est devenu en quinze ans le leader des cabinets de conseil français indépendants. Cofondé en 1999 par Matthieu Courtecuisse, Sia Partners compte plus de 700 consultants pour un chiffre d’affaires de 115 millions d’euros. Le Groupe est présent dans treize pays; les Etats-Unis représentant le deuxième marché. Sia Partners est reconnu pour son expertise pointue dans l’énergie, les banques, l’assurance, les télécoms et le transport.

3

Les membres fondateurs du Think Tank France Biométhane

Charlotte de Lorgeril

Associate Partner Energy, Utilites et Environment, Charlotte travaille depuis 9 ans pour le cabinet Sia Partners. En charge du développement des offres Oil&Gas, Déchets et Gaz Verts, elle est également responsable des études EnergyLab et du pilotage du blog Energie de Sia Partners.

Thomas Samson

Consultant au sein de la practive Energy, Utilities et Environment de Sia Partners, Thomas a développé une expertise pointue dans le domaine du gaz naturel carburant et des filières de biométhane. Parallèlement, animateur de l’équipe blog, Thomas dispose de compétences de décryptage et d’analyse des différentes filières énergétiques.

Philippe Chalmin

Professeur à Dauphine, historien et économiste, il est spécialiste des matières premières; il publie chaque année depuis 1986 un rapport complet sur l’état et les perspectives des marchés mondiaux de matières premières.

Denis Clodic

Directeur de recherche du centre Énergétique et Procédés de Mines ParisTech pendant 18 ans, Président et Directeur R&D d’Energie Recherche Innovation Engineering (EReIE), co-lauréat du Prix Nobel de la Paix 2007, il a publié 200 publications dont 30 dans des revues à comités de lecture.

Evergaz (ex Holding Verte)
Crée en 2008, Evergaz développe, investit et accompagne, avec 3 pôles d’expertise (bureau d’études, développeur de projet et investisseur-opérateur) les agriculteurs, les industriels et les collectivités dans le développement, le financement et l’exploitation d’unités de méthanisation territoriale.

Alain Planchot est co-fondateur et Président d’Evergaz, opérateur intégré de la filière biogaz. Alain est un entrepreneur de services à l’Energie et l’Environnement depuis plus de trente ans : d’abord à la tête d’Idex (services d’efficacité énergétique, CA 700 M€) de 1982 à 2011, puis en qualité de Business Angel auprès d’une dizaine de start-ups actives dans la Transition Energétique.

Frédéric Flipo est Directeur Général Délégué d’Evergaz.

Simon Clodic est Directeur Commercial de la société Cryo Pur. Il développe les ventes de systèmes de production de biométhane liquide (bio-GNL), en France, en Europe et à l’international.

4

GrdF représenté par Bertrand de Singly, Délégué stratégie à la Direction Stratégie et Territoires depuis fin 2015. Bertrand a été également conseiller du Premier ministre sur l’énergie et l’environnement de 2009 à 2012.

GRTgaz représenté par Julien Schmit, Responsable du projet biométhane.
Il représente également l’entreprise auprès des parties prenantes pour promouvoir l’essor du biométhane. Au côté des autres opérateurs de réseau de gaz, le rôle des équipes GRTgaz est d’être facilitateur sur l’ensemble de la chaine de valeur du biométhane et d’apporter à la filière l’expertise technique d’un industriel du gaz.

Air Liquide représenté par Pierre-Emmanuel Meyers, Directeur du marché du Biométhane pour l’Europe. Air Liquide leader mondial des gaz, services et technologies pour l’industrie et la santé est engagé dans les solutions visant à développer le transport propre. Le biométhane fait partie de ces solutions et Air Liquide a acquis une forte expertisesurl’ensembledelachainedevaleur -del’épurationdubiogazàladistribution du bio-GNV. Le bio-GNV, solution alternative aux énergies fossiles, permet de répondre aux défis énergétiques et environnementaux.

L’Association des Agriculteurs Méthaniseurs de France (AAMF) : cette association présidée par Alain Guillaume, a été créée en février 2010 pour être au service des agriculteurs exploitants d’installations de méthanisation. L’AAMF est soutenue par l’ADEME.

Banque Populaire représentée par Yann Guezel, Directeur Atlantique Environnement. Banquier depuis 1998, responsable des marchés de l’agriculture puis depuis 4 ans dans le financement des énergies renouvelables à Nantes pour 4 banques populaires avec Atlantique Syndication.

Pierre de Froidefond, Co-Fondateur et Directeur associé en charge du développement commercial au sein de Cap Vert Energie. Pierre a plus de 18 ans d’expérience de développement et de direction commerciale dans le B2B pour des grands groupes internationaux et des PME, opérateurs Telecom en France et au Canada.

Hervé Lucas est Directeur associé en charge des opérations au sein de Cap Vert Energie. Hervé à plus de 15 ans d’expérience en réalisation et exploitation industrielle de projets clefs en main d’infrastructures : traitement des eaux chez GDF-Suez; direction filiale régionale d’un groupe de travaux publics, spécialisée dans le domaine de l’eau.

Contact :

Martine LAUSSEURE (AGM communications)

Communication et relations institutionnelles

Think Tank France Biométhane

Tél : 06 15 02 82 60 / 06 80 86 84 24
Email : media@agmpresse.com / martine@laussure.com

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux