Eppeville accueille la plus grande unité territoriale de biométhane des Hauts-de-France

Troisième région de France, en termes de consommation de gaz du pays, les Hauts-de-France est la région par laquelle 60% du gaz consommé en France transite grâce à la mise en service récemment, en janvier 2017, du terminal méthanier de Dunkerque, positionnant les Hauts-de-France au centre des enjeux gaziers nationaux.

C’est au coeur de cette région que Cédric de Saint Jouan, Président du groupe Vol-V, et ses équipes ont décidé d’implanter une centrale de production de biométhane. Outre la proximité du réseau de gaz, le choix d’implantation de la centrale à Eppeville s’explique aussi par le poids d’exploitations agricoles de grandes cultures capables d’apporter des résidus de culture à la centrale et de valoriser le digestat en amendement, par la présence d’importants industriels du secteur agro-alimentaire, par la mobilisation et le soutien des élus locaux et enfin par l’engagement et la fédération des acteurs économiques autour de cet ambitieux projet.

La plus grande unité de production de biométhane territoriale des Hauts-de-France

L’objectif de production de 1 815 000 m3 de biométhane par an paraît déjà largement sécurisé avec l’atteinte du débit moyen de 220 m3/h initialement prévu dès les premiers mois d’exploitation. Cette production représente 20% de la consommation de la poche de gaz de l’agglomération hamoise.

Le montant de l’investissement s’élève à 8,45 M€ apportés à 70% par un groupement bancaire du groupe Crédit Agricole composé d’Auxifip, de la Banque du Crédit Agricole du Languedoc, et du Crédit Agricole de Brie-Picardie en contre garantie. Une aide de l’ADEME Picardie est obtenue à hauteur de 950 000 €. Les fonds propres, soit environ 1 600 000 €, sont apportés par le groupe Vol-V. La Centrale biométhane du Vermandois réalisera un chiffre d’affaires annuel de l’ordre de 1,9 millions € grâce à la vente de biométhane.

La Centrale Biométhane du Vermandois, construite par les équipementiers HoSt et Bio-Dynamics, est un outil de valorisation écologique locale. Elle répond aux enjeux de la transition énergétique et s’inscrit résolument dans le concret de l’économie circulaire.

Vue aérienne de la Centrale Biométhane du Vermandois, photo Vol-V

L’approvisionnement est majoritairement réalisé dans un rayon de 30 km, la plupart des fournisseurs agricoles étant situés à moins de 10 km. L’approvisionnement en matières agricoles et agro-industrielles s’élève 30 000 t par an et il est aujourd’hui complétement structuré et sécurisé. Les digestats, sous-produit de la méthanisation, seront valorisés auprès des agriculteurs partenaires dans le cadre d’un plan d’épandage qui couvre 6 000 ha répartis sur 50 communes.

Les partenaires industriels locaux apporteurs de coproduits industriels

Afin de sécuriser l’approvisionnement, une joint-venture a été créée entre Vol-V et un GIE pilotée par la Chambre d’Agriculture de la Somme et constitué notamment des industriels suivants :

  • TEREOS producteur de sucre et de produits dérivés d’amidon
  • SITPA (filiale du groupe Nestlé) qui détient l’usine produisant la purée Mousseline
  • Bonduelle, qui détient une usine de production de légumes

L’unité de méthanisation de Vol-V constitue un débouché permettant aux industriels de valoriser leurs coproduits localement tout en gardant une très bonne traçabilité.
Enfin, grâce à la centrale biométhane de Vol-V Biomasse, l’émission annuelle de 4 835 tonnes de CO2 sera évitée.

La Centrale Biométhane du Vermandois, un outil de valorisation économique locale

La Centrale Biométhane du Vermandois à Eppeville, photo Vol-V

Ce projet de méthanisation est un formidable levier pour produire des richesses sur le territoire de l’Est de la Somme. Avec la création de trois emplois directs sur le site et de l’équivalent de trois emplois indirects, en générant de la valeur pour les agriculteurs, en optimisant la valorisation des co-produits organiques industriels, en générant des taxes locales, en faisant intervenir des entreprises régionales dans la construction et l’exploitation, c’est toute l’économie locale qui se trouve consolidée, rendant ainsi ce territoire attractif, tant au niveau environnemental, économique que financier.

Les 31 agriculteurs partenaires, soudés et motivés, vont bénéficier d’une véritable économie : ils vont valoriser le digestat en substitution de fertilisant et amendement du marché ; des contrats long terme ont été signés avec eux, leur conférant ainsi une certaine sécurité.

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux