Baromètre Biogaz 2017 – Observ’ER

Avec une production d’énergie primaire, évaluée par EurObserv’ER à plus de 16 millions de tonnes équivalent pétrole en 2016, le biogaz a franchi un nouveau palier au sein de l’Union européenne. Les unités de méthanisation spécialement conçues pour la valorisation énergétique, comme le biogaz à la ferme, le biogaz de codigestion et le biogaz industriel, représentent désormais près des trois quarts de la production totale de biogaz, loin devant le biogaz de décharge et le biogaz issu du traitement des boues d’épuration.

– EXTRAIT DU BAROMETRE –

À l’échelle de l’Union européenne, la production de biogaz est aujourd’hui essentiellement issue d’unités de méthanisation spécia- lement conçues pour une valorisation énergétique, regroupées sous l’appel- lation “Autres biogaz provenant de la fermentation anaérobie” (voir encadré). Ces centrales sont de différents types et de différentes puissances. Elles comprennent des petites unités de métha- nisation à la ferme, des unités de puis- sances plus importantes, comme des sites de codigestion (ou multiproduits), des grandes unités industrielles agro- alimentaires (la plupart du temps fonc- tionnant sur un mode mono-intrant), et quelques unités de méthanisation de déchets ménagers.

Elles utilisent différents types d’intrants (matières premières) comme les lisiers, les résidus agricoles, les déchets verts, les déchets de l’industrie agroalimentaire et les déchets domestiques, mais peuvent également utiliser des cultures inter- médiaires (crucifères, graminées, etc.) et des cultures énergétiques (maïs, etc.). L’utilisation des cultures énergétiques n’est pas systématique dans tous les pays. Elle est le plus souvent contrôlée par les États membres, avec une part maximum variant selon les législations nationales, pour les installations pré- tendant à une rémunération de leur production.

Ainsi, le seuil maximum est de 60 % en Allemagne, 60 % également en Autriche (et bientôt 30 %, voir plus loin) et 15 % en France (cultures intermé- diaires non incluses). L’ajout des cultures énergétiques a pour but d’optimiser la réaction de méthanisation en appor- tant du carbone, et facilite donc la pro- duction méthanogène du digestat. Il reste majoritairement utilisé dans les installations produisant du biométhane (biogaz épuré).

Consulter le Baromètre biogaz 2018 – Observ’ER

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux