Simplification du biométhane

Gaz vert: le gouvernement donne un coup d’accélérateur

Des mesures de simplification sont annoncées pour développer la production de gaz à partir de déchets agricoles, un domaine dans lequel la France est en retard.

Un coup de pouce pour la simplification du biométhane

La France affiche des objectifs ambitieux pour le gaz d’origine renouvelable. La loi de transition énergétique dit qu’il devra représenter 10% de la consommation totale de gaz en 2030, contre 1% à peine actuellement. Les grands acteurs de la filière (GRDF, GRTgaz…) assurent même qu’on pourra atteindre 30% à cet horizon.

Aujourd’hui pourtant, l’Hexagone est en retard . On ne compte que 48 sites de production de biométhane à partir de déchets agricoles, qui représentent l’essentiel de la production de gaz vert. Moins de 800 gigawattheures ont été injectés dans le réseau de GRDF l’an dernier, contre plus de 10 terrawattheures (13 fois plus) en Allemagne.

 

Myriade de projets

« Il y a une urgence à libérer les énergies renouvelables et le gaz vert en particulier », explique Sébastien Lecornu, secrétaire d’Etat au ministère de la Transition écologique. Car les projets de nouveaux sites sont là. GRDF en a recensé plus de 860, de quoi porter la production française à 8 terrawattheures. Afin d’accélérer leur mise en service, le gouvernement dévoile ce lundi une simplification des procédures administratives pour les agriculteurs :

  • Les délais d’instruction des dossiers seront réduits de un an à six mois ( promet l’exécutif)
  • Les sites de méthanisation les plus modestes seront exemptés d’enquête publique et d’étude d’impact
  • Un guichet unique sera mis en place dans chaque département
  • Un tarif de rachat du gaz sera instauré pour les installations de taille moyenne à la place de l’appel d’offres en vigueur aujourd’hui
  • Une amélioration de la prise en charge des coûts de raccordement au réseau gazier est annoncée

 

Les freins de la simplification du biométhane

« Ces mesures sont de nature à rassurer le monde bancaire en stabilisant l’environnement juridique et en affirmant le soutien des pouvoirs publics« , assure Sébastien Lecornu. Le financement des projets est aujourd’hui l’un des principaux freins au développement du biogaz . « C’est le plus gros obstacle. Il faut compter 3 millions d’euros pour une petite unité et 15 à 20 millions pour les unités collectives. Apporter les fonds propres et convaincre les banquiers reste compliqué pour les agriculteurs« , souligne Aurélien Lugardon, du cabinet d’ingénierie Naskeo. Emmanuel Macron a promis la mise en place prochaine d’un fond de garantie soutenu par Bpifrance, doté de 100 millions d’euros.

Source de l’article Les Echos l. Auteur Vincent Collen l Le 26 Mars 2018

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux