La communauté de Sarrebourg – Moselle-Sud mise sur les énergies renouvelables

Archives

vol-v-biomasseComment traiter un problème mondial ? Alors qu’à Paris, cent cinquante chefs d’Etat ont peiné à trouver une solution lors de la « réunion de la dernière chance », aux confins de la Moselle, on agit.

« Le réchauffement climatique aura des répercussions graves sur l’environnement, mais aussi sur un plan social et économique », rappelait Roland Klein en préambule du forum sur la transition énergétique organisé par la communauté de communes de Sarrebourg-Moselle-Sud (CCSMS).

La loi de transition énergétique pour la croissance verte (18 août 2015), présentée par Pascal Braun, de la Dreal, touche tout le monde. Son objectif : limiter les émissions de gaz à effet de serre, en réduisant la consommation d’énergie fossile, en produisant davantage d’énergie renouvelable et en économisant la consommation d’énergie.

Le Pays de Sarrebourg est énergétiquement autonome à 16 % (contre 10 % en moyenne nationale), grâce à son bois de chauffage.

« Pour améliorer notre autonomie énergétique, nous développons deux projets produisant de l’énergie renouvelable : les implantations d’une unité de méthanisation industrielle et de deux parcs photovoltaïques sur le territoire de la CCSMS », a dévoilé Roland Klein.

Victor Oury, chef de projets de Vol-V Biomasse, a présenté la future unité qui s’installera sur la zone industrielle Horizons de Réding. « L’objectif est de trouver des bénéfices pour chacun, afin de bâtir un projet vertueux. »

Biogaz

Le site choisi possède tous les atouts : une zone d’élevage de bovins (dont les déjections seront utilisées), des cultures pour épandre les digestats (sorte de compost), la proximité de la RN4 pour faciliter l’apport de matière organique, la possibilité d’accès sans traverser Réding, une canalisation de distribution de gaz accessible au pied de la parcelle… « Sans oublier la volonté locale de la CCSMS et de Réding de nous accueillir. »

Le biométhane produit se substitue aux énergies non renouvelables : la production de deux millions de mètres cubes par an représente l’économie d’autant de litres de fioul, soit la consommation annuelle de 1 770 ménages. Autre avantage, les engrais minéraux importés sont remplacés par un fertilisant naturel produit localement. La construction devrait démarrer en 2018 pour un début d’exploitation en 2019.

Le premier parc photovoltaïque s’installera sur l’ancien dépôt militaire de Réding, sur une surface de 22,5 ha. Il produira 10 MWc (megawatt-crête : puissance électrique maximale). Cette production permettra l’économie d’émissions de CO2 de 30 t/an et correspond à la consommation d’électricité annuelle de 8 500 habitants (hors chauffage).

Appel à projet

Le second parc prendra place sur 3,9 ha du centre d’enfouissement des ordures ménagères de Hesse.

Sa puissance de 2,5 MWc correspond à la consommation d’électricité annuelle de 2 100 habitants (hors chauffage).

Le projet d’implantation de ces parcs est encore très en amont d’un aboutissement, mais un appel à projet a été passé au niveau national. Ils pourraient voir le jour d’ici quatre ou cinq ans. Des négociations sont en cours avec deux entreprises.

Source de l’article Républicain Lorrain | Auteur Ph. H. B. | Le 16 Décembre 2015

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *