TIGF injecte du biogaz pour la première fois en France

Total Infrastructure Gaz de France (TIGF) vient de se lancer à son tour dans l'injection de Biogaz en France. La toute première opération vient de se dérouler dans le Sud-ouest où le groupe a son siège social.

Le développement du biogaz va décidément bon train. Tous les jours ou presque en France, une annonce est faite en ce sens. Créations de nouvelles infrastructures de méthanisation, injection dans le réseau, partenariat technique…le secteur est en pleine effervescence. Et on ne peut que s’en réjouir car le biogaz ne présente que des avantages : sa production se base sur la valorisation de déchets agricoles, forestiers ou ménagers et permet donc de protéger les ressources fossiles. Un gaz « produit » qui a par ailleurs les mêmes qualités que le gaz « extrait » en termes de rendement et de sécurité. Que du bon donc pour l’environnement et que du bon pour les ressources locales qui ne sont plus simplement incinérées ou transformer en compost mais revalorisées pour créer de l’énergie localement.

Et si Engie s’est lancé dans la course bien avant ses concurrents, Total se ressaisit via sa structure TGIF. Le groupe vient en effet d’annoncer depuis son siège social de Pau dans le Sud-ouest que les toutes premières quantités de biogaz venaient d’être injectées dans le département du Lot-et-Garonne (47).

Le début d’une « longue série »

Si TGIF a tenu a annoncé de la manière la plus officielle qui soit le début des activités, c’est en raison du fait que la société n’entend pas s’arrêter en si bon chemin. Associé pour l’occasion à Fonroche Biogaz, TGIF assure que cette première injection marque « le début d’une longue série ». D’autant qu’en se rapprochant de l’entreprise Fonroche Biogaz (en charge de produire le biométhane), TGIF peut déjà se vanter d’être en possession du plus important poste d’injection de biogaz de France à ce jour. Situé à Villeneuve-sur-Lot, il permettra ainsi de produire jusqu’à 520m cubes de biométhane par heure, soit l’équivalent de la consommation de 4 000 logements. Une jolie prouesse.

Un investissement conséquent a dû être réalisé, dont le montant est resté secret, car TGIF a été dans l’obligation de compléter les installations existantes, preuve de tout l’attrait de la compagnie pour l’activité. Avec cette nouvelle pierre à l’édifice du biométhane, la France se rapproche doucement mais sûrement des objectifs fixés par l’ADEME (Agence De l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie). L’organe public a en effet déterminé que la part du biogaz à atteindre est de l’ordre de 10% à 15% de de la totalité du gaz naturel en circulation dans le réseau.

Source de l’article Le gaz.fr l Le 19 mai 2016

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux