Comment Air Liquide veut rendre le transport routier plus propre

En livrant sa première station-service "multi-énergies", proposant des carburants alternatifs, le spécialiste français des gaz industriels réaffirme ses ambitions en matière de mobilité durable.

Du gaz dans tous les réservoirs. Plus propre que les carburants traditionnels, et plus économique, le gaz séduit de plus en plus les professionnels du transport routier. Une tendance qui n’a pas échappé à Air Liquide. Après avoir installé sur le territoire français les premières pompes délivrant de l’hydrogène, combustible utilisé par de rares particuliers et collectivités locales, l’entreprise française a décidé de mettre au point une nouvelle génération de stations-service. Exclusivement dédiées à la distribution de combustibles gazeux.

La première infrastructure de ce type vient d’entrer en service à Fléville-devant-Nancy (Meurthe-et-Moselle), sur le site du transporteur Transalliance. Destinée à alimenter la flotte de poids-lourds de la société, cette station « multi-énergies » distribue  du gaz naturel liquéfié (GNL) ainsi que du gaz naturel comprimé (GNC). Elle permet également aux chauffeurs routiers de recharger leurs véhicules frigorifiques en gaz réfrigérant grâce à une pompe délivrant de l’azote liquide.

Des carburants encore plus propres à l’avenir
Air Liquide précise qu’à terme « l’hydrogène pourrait venir compléter le panel des énergies » distribuées dans ce type de station. À condition que suffisamment de véhicules acceptant ce carburant soient disponibles sur le marché et que les transporteurs s’intéressent à cette source d’énergie.

Avant cela, le groupe français souhaite introduire dans ces nouvelles infrastructures, dont le coût est évalué à 2 millions d’euros, du bioGNL et du bioGNC, c’est-à-dire les déclinaisons plus éco-responsables des deux gaz déjà distribués. Des biogaz obtenus grâce la méthanisation des déchets organiques. Utilisée dans le secteur des transport, cette nouvelle génération de carburants permet de réduire fortement les émissions de dioxyde de carbone ainsi que celles de particules fines dans l’air.

Source de l’article BFM Business l Auteur Antonin MORISCOT l Le 23 Juin 2016

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux